MOT DU DIRECTEUR

 

 

C’est un grand privilège pour moi d’avoir l’opportunité de vous souhaiter la bienvenue sur le site de la Direction de la Protection des Végétaux. Je voudrais saisir cette occasion pour présenter à tous les internautes mes vœux les meilleurs en ce nouvel an 2019.

La création de ce site trouve sa motivation dans notre volonté de développer un lien d’information, de communication et d’échange entres les acteurs de la DPV, les partenaires (FAO, CIPV, UA-CPI, etc.) et le Grand Public. Cette volonté découle également des actions convenues dans la planification stratégique 2014 – 2023 du Conseil Phytosanitaire Inter africain/CPI  (O.S4 activité 4.1.8).

La DPV est une structure du Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural dont les missions consistent à prévenir l’introduction d’organismes nuisibles dans notre pays, à combattre ceux présents sur le territoire et à assurer le contrôle phytosanitaire et de qualité des produits à l’exportation.

Au Sénégal, les pertes de récolte dues aux ennemis des cultures peuvent atteindre 30% de la production agricole selon la FAO et le CILSS.

Suivant cette hypothèse, plus de 447.786 t de céréales seraient perdues par an au Sénégal. Cela correspondrait, en hypothèse basse, à plus de 44 Milliards de F CFA de déficit, à raison de 100 F/kg.

En cas d’invasion acridienne, les pertes seraient plus élevées et la sécurité alimentaire dans son ensemble considérablement menacée. La réduction de ces pertes devrait contribuer à augmenter la production, réduire la pauvreté et l’insécurité alimentaire et renforcer les exportations afin d’atteindre les objectifs du Programme de Relance et d’Accélération de la Cadence de l’Agriculture Sénégalaise (PRACAS). C’est dans la recherche de solutions à cette problématique que les missions de la DPV trouvent toute leur pertinence.

 L’impact positif de la protection des végétaux sur notre agriculture est réel. En  2018, les productions record obtenues sont certes le résultat d’efforts globaux consentis par les différentes structures du ministère à travers la mise en œuvre du PRACAS, mais nous les devons aussi à la contribution significative de la DPV comme : i) l’amélioration considérable du taux de protection des superficies emblavées : riz (80%), oignon (75%), arachide (70%), fruits et légumes (65%), ii) la mise en place d’un Comité National de Lutte contre la Mouche des fruits (mangue), iii) la mise en place d’un Réseau National d’Echange sur les Pesticides; iv) la création d’un Comité National des Mesures Sanitaires et Phytosanitaires; v) la mise en place d’un Comité National de Lutte contre les Aflatoxines au Sénégal.

 A cela s’ajoute l’augmentation du volume des exportations de fruits et légumes qui ont atteint 122 148 tonnes en 2018, soit une croissance annuelle moyenne de plus de plus de 20% de 2008 à 2018, représentant une valeur financière de plus de 70 milliards de Francs CFA.

 Cette augmentation s’explique par l’amélioration de la qualité des produits exportés (haricot vert, tomate cerise, mangue, maïs doux et melon) et par un encadrement rapproché des producteurs et opérateurs économiques.

 Faut-il rappeler également le positionnement  de l’arachide sur au moins une douzaine de marché à l’export, dont plus de 95% du volume en République Populaire de Chine, avec une conformité aux exigences sanitaires et phytosanitaires.

 En perspective pour 2019, nous comptons accélérer la cadence en termes de protection des surfaces emblavées et d’encadrement des producteurs et exportateurs pour l’atteinte des objectifs du PRACASII à l’horizon 2022.

 

Je vous souhaite une très bonne visite de notre site.

 

 Dr Emile Victor COLY

 Directeur de la Protection des Végétaux

Mardi 22 janvier 2019