Programmes/Projets

-UEMOA

-PADERCA

-PACA

-AELP

-IPMCRSP

Présentation du Projet AELP

  1.         Le Projet Africain de Lutte d'Urgence contre le Criquet Pèlerin (PALUCP) (ou Africa Emergency Locust Project (AELP)) du Sénégal, conçu dans un cadre régional couvrant sept pays (le Burkina Faso, le Tchad, le Niger, le Mali, le Sénégal, la Mauritanie et la Gambie) en vue de réduire la vulnérabilité des pays vis-à-vis des invasions de 2004 et futures du criquet pèlerin à travers des stratégies améliorées de prévention, d’alerte précoce, de réaction rapide et de réduction des impacts environnementaux néfastes aux niveaux national et régional, a été cofinancé par la Banque Mondiale, à travers le PPF Q 447-0 SE et l’Accord de Crédit IDA 4025 SE, et l’Etat du Sénégal, pour un montant global de 6 700 000 DTS, soit 10,01 millions d’$EU ou 6 045 527 850 francs CFA.
  2. Les Composantes : Approuvé le 16 décembre 2004 et entré en vigueur le 27 mai 2005 pour une durée initiale de quatre années, les activités du Projet AELP ont été mises en œuvre à travers les quatre composantes suivantes: « A. Lutte d’urgence et gestion des pesticides », « B. Investissements agricoles d’urgence », « C. Lutte préventive, Surveillance et Alerte précoce » et « D. Coordination et Gestion du Projet ». Les résultats qui suivent ont été atteints.

Partenariat pour lutter contre l’Aflatoxine en Afrique

 Le Programme «Partenariat pour lutter contre l’Aflatoxine en Afrique » (PACA) est une nouvelle Initiative de l’Union Africaine qui met l’accent sur la vulgarisation des méthodes de gestion et de contrôle des impacts de l’aflatoxine sur la santé, l’agriculture et le commerce en Afrique. En effet, à cause de leurs effets néfastes sur la santé humaine et animale, les aflatoxines sont à l’origine de barrières dans les transactions commerciales entre les producteurs africains et le marché international compte tenu des normes difficiles à franchir. Pour cette raison, à la 7ieme conférence sur la plateforme de partenariat pour le développement d’une agriculture globale en Afrique (CAADP) en Mars 2011, la Commission de l’Union Africaine avait recommandé de mettre en place un groupe de travail. L’objectif était d’établir un système sanitaire et phytosanitaire africain pour pouvoir intégrer les questions sanitaires et phytosanitaires dans un cadre de travail défini par le CAADP. C’est à travers cette recommandation  que le PACA a vu le jour.

L’objectif global du PACA est de promouvoir un développement agricole, de protéger la santé des consommateurs et de faciliter les transactions commerciales par une bonne maîtrise du problème de l’aflatoxine le long des chaines de valeur agricoles en Afrique.

Conformément à son plan stratégique 2014-2017, le PACA a organisé un atelier en Tanzanie les 10 et 11 juin 2014, auquel le Sénégal était représenté par cinq (5) délégués. Le but de l’atelier était d’initier en 2014 trois activités majeures dans cinq pays pilotes que sont la Gambie, le Malawi, le Sénégal, la Tanzanie et l’Ouganda. Ces activités consistent à :

  1. Mettre en place un système de gestion et d’information sur l’aflatoxine (AfricaAIMS) ;
  2. Appuyer les plans d’action et d’analyse de la situation de l’aflatoxine dans les pays ;
  3. Intégrer le contrôle de l’aflatoxine recommandé par l’initiative PACA dans les plans nationaux d’investissement de l’agriculture et de la sécurité alimentaire (NAFSIPs).

Pour la mise en œuvre de ses activités au Sénégal, le PACA a organisé une rencontre au Sénégal les 11 et 12 Août à Dakar pour informer et obtenir un engagement du Gouvernement par les Ministères concernés, mais aussi pour s’accorder sur le planning et les responsabilités à assumer pour leur exécution.